Les revues de presse aux Bas Côtés

Suite à une demande de plusieurs personnes, je mets en ligne sur le site un bref raccourci de ce qui a été proposé aux esgourdes de l'auditoire pour les revues de presse. Les remarques des personnes présentes faisant parti de l'instantané de la rencontre, elles ne figurent pas ici. J'espère que ça permettra à chacun et à chacune de voir un peu ce qui s'y dit, et vous donnera peut-être l'envie de venir voir et écouter de vos propres yeux.

La revue de presse du 16 octobre

Ce n'est pas les informations parues qui manquaient! Il faut faire un tri. Alors j'ai trié un peu. En piochant dans le Plan B pour commencer, on a pu constater que trois hebdomadaires nationaux (le Point, le Nouvel Obs et l'Express) ont pu faire leur Une du 23 août sur le même thème: Lui. Une véritable originalité, tant sur la forme (trois Une, trois photos de notre omniprésident) que sur le fond des sujets abordés. C'est ce qu'on appelle le journalisme à la française sans doute.

Plus sérieusement, la première rubrique avait pour thème "Les abeilles aussi ont des antennes". Le journal CQFD s'était fait l'écho en mai d'une action solitaire (hélas) ayant eu lieu à Millau le soir du premier tour des élections présidentielles: un groupe de personnes avaient ce soir sectionnés les câbles de l'antenne-relais de télévision de Millau. Les habitants avaient été privés de leur bourre-mou pendant trois (avec en prime plus de radio, ni de réseau Bouygues et SFR, Orange restant épargné).

On a, comme il se doit, crier à l'acte de terrorisme (il suffit de comparer les conditions de vie à Millau à Bagdad pour s'en convaincre...). Enfin, pas trop fort, car aucun média ne s'en était fait l'écho. Or, le Plan B (et le Monde Libertaire) nous explique que l'un des "erroristes" (oui oui, un "erroriste", vous avez bien lu) a été alpagué par les gendarmes du coin. Il a avoué son acte odieux sans révéler le nom de ses complices. Figurez-vous que cet homme (dont la présomption d'innoncence a été bafouée par les canards locaux, bien entendu) est un dangereux récidiviste: il avait déjà manifesté pour le maintien de la maternité à l'hôpital de St Affrique dans l'Aveyron (scandaleux!) et qu'il avait perpétré également des actions anti-pub à visage découvert, pour lesquelles il avait été condamné (inadmissible!). Comme dit un dessin humoristique d'Andy Singer: dire aux gens de consommer à la télévision, ce n'est pas politique. Mais dire aux gens de ne PAS consommer, c'est politique...

La loi sur la récidive (vous savez, celle avec les peines planchers) fraîchement mise en place permettra à ce personnage extrêmement dangereux de risquer (selon le Plan B) deux ans de prison minimum et cinq années au maximum. Un comité de soutien se met en place.

Sur le même thème des antennes-relais, le journal La Décroissance nous informe que les USA ont perdu entre 60 et 90% de leurs abeilles sur 27 états, et que le Québec subit une perte de 40%. Les causes sont multiples (pesticides, OGM disséminés en tête) mais une équipe de chercheurs de Coblence pensent que les émissions des antennes de téléphonie mobile pourraient être responsables. Vous regrettez la disparition des abeilles? Vous savez ce qu'il vous reste à faire.

La rubrique suivante s'intitulait "De l'autre côté du miroir". D'un côté du miroir, le discours habituel sur l'immigration subie et la traque aux sans-papiers. De l'autre, un papier de CQFD qui est allé à l'aéroport de Bamako recueillir la parole de personnes fraîchement expulsées. Ca change... A côté de ça, tout va bien: le Canard enchaîné du 3 octobre nous informe que les 30 secondes de pub durant la mi-temps du match France-NZ étaient facturées... 130 000€. Il y a 15 minutes de mi-temps, donc 30 messages de pub... A côté du rêve, la fraîche qui tombe dans les poches de... toujours les mêmes!

Dans la dernière rubrique, intitulée "Faillite et compagnie", on apprenait que le ministère de l'Intérieur, qui avait engagé des intérimaires pour remplir les lettres avec les promesses de nos chers candidats aux législatives, n'a toujours pas payé lesdits précaires (prêt de 1000 euros chacun quand même, quand on a rien, ça permet d'acheter les épinards pour mettre le beurre dessus!). Et le magazine Silence d'octobre nous informait que la dette des USA dépassait l'entendement: 28 000 milliards d'euros. Personnellement, je ne vois pas ce que ça peut bien représenter. en tout cas, ça donne des arguments à balancer à son banquier quand on est à découvert...

En guise de conclusion, un article du Plan B, intitulé "Quand le parti socialiste était socialiste" nous remettait aux oreilles les discours tenus par Jaurès (celui des avenues et des rues) et Blum à leur époque (respectivement avant 1914 et entre 1920 et 1940). On se rend facilement compte à leur écoute qu'ils ne sont pas aussi à droite que les dirigeants du PS actuels veulent bien nous le faire croire. Un exemple? Un extrait du discours de Jaurès (discours sur les Deux méthodes avec Jules Guesde, 26 novembre 1900 à Lille): "D'abord, et à la racine même [de la lutte des classes, note du Plan B], il y a une constatation de fait, c'est que le système capitaliste, le système de la propriété privée des moyens de production, divise les hommes en deux catégories, divise les intérêts en deux vastes groupes, nécessairement et violemment opposés. Il y a d'un côté ceux qui détiennent les moyens de production et qui peuvent ainsi faire la loi aux autres [demandez aux licensiés de 2007 si ce n'est plus vrai], mais il y a de l'autre côté ceux qui, n'ayant, ne possédant que leur force de travail et ne pouvant l'utiliser que par les moyens de production détenus précisément par la classe capitaliste, sont à la merci de cette classe capitaliste".

Ca décoiffe, non? Bon, personnellement, je suis plus fan du "Droit à la paresse" de Lafargue et de ce genre de choses, mais quand même: vous voyez Hollande ou Fabius tenir un discours pareil à l'heure actuelle?

Les choses ont changé, sont devenues plus "complexes", et la mondialisation nous impose ce que nous ne voulons pas? Si vous le dites... Moi, je croyais bêtement que c'était une histoire de volonté commune et de démocratie directe... Et de désertion de la Machine-Travail-Planétaire!

Allez, la prochaine revue de presse sera le 30 octobre, toujours à 19h. Qu'on se le dise!

2 commentaires:

Rosalba a dit…

Keep up the good work.

Anonyme a dit…

beaucoup appris